NOTRE HISTOIRE

ENTRE OUSSE ET GABAS

HISTOIRE ANCIENNE
Cette petite synthèse historique ne pourra décrire la longue, passionnante et riche histoire de notre territoire Pontacquais, mais elle a le mérite de fixer d’une manière synthétique dans ses grandes lignes la vie de nos prédécesseurs. C’est notre "Histoire".
Pour en savoir davantage, il faudra vous plonger dans les nombreux ouvrages retraçant avec plus de détails ses différentes périodes ou encore visiter le site internet de l’association Patrimoine en Ribère-Ousse...

LES GUERRES DE RELIGION

Le Protestantisme Pontacquais et les Guerres de Religion
Le protestantisme pontacquais est un protestantisme marginal, menacé et oublié. Le protestantisme pontacquais a existé ! Il fut même numériquement très important. Et pourtant, il est marginal, isolé et, en fin de compte, menacé ; parce que Pontacq est l’une des 21 paroisses béarnaises qui dépendaient du diocèse de Tarbes et que la Réforme, implantée en Béarn pour des raisons politiques et de choix de princes déborda, avec Pontacq, sur un évêché non-béarnais...

Guerres Religion 72.jpg

L'INDUSTRIE ET L'ARTISANAT ANCIEN

Pendant des siècles, les Pontacquais ont vécu d’élevage (sur le plateau de Ger) et d’agriculture. Beaucoup furent fermiers et métayers, ouvriers agricoles et domestiques... Nombreux aussi étaient les artisans forgerons, maréchaux–ferrants, charrons, maçons, charpentiers mais également sabotiers, blanchisseuses, tailleurs d’habits... N’oublions pas les meuniers nombreux dans nos contrées. Il y avait aussi un artisanat très ancien de confection de capes... Pontacq devient capitale de la chaussure au milieu du XXe siècle et compta une quarantaine d’ateliers artisanaux, de nombreux cordonniers et quatre tanneries, avec celles de Lamarque-Pontacq.  

Leugé_1_150.jpg
Cordonniers Fouriscot 1884.jpeg

EMIGRATION

Vous trouverez un court récit rappelant le parcours succinct d'un émigrant Pontacquais du XIXe siècle.
Nos recherches sur l'émigration au XIXe et XXe siècle nous ont permis de constituer une base de données sur l'émigration en vallée de l'Ousse comportant un peu plus de 330 personnes. Pour la seule commune de Pontacq, on en répertorie 125. Tous les émigrants n'étaient pas enregistrés, nous en ignorons le nombre exact. Lors de nos recherches, nous en découvrons de nouveaux, sans compter les contacts extérieurs qui nous permettent de compléter notre fichier...

Emigration.jpeg
NOS HISTORIENS
Parmi un des hommes de notre territoire qui ont "relevé" les maintes faits de notre histoire locale, citons Georges Beaurain.
Dans nos "Cahiers du Patrimoine en Ribère-Ousse", vous verrez apparaître souvent ce nom. Ce personnage, séjourna à Pontacq de 1888 à 1895. Cet illustre historien a sauvé de l’oubli et des effets destructeurs du temps, des pans d’histoires de notre cité, et ce, malgré la destruction de nos archives pendant les guerres de religion ou encore lors de l’incendie au début du XXe siècle...
Beaurain 72.jpg
LES GRANDES FAMILLES
Au travers de nos travaux et de nos différentes recherches, nous nous efforçons d’aborder l’histoire des grandes familles Pontacquaises et tour à tour, quand cela est possible nous étayons nos recherches par des documents ultérieurement découverts et/ou par le fruit de nos actuelles recherches. Le sujet est vaste et complexe, la majorité de ces familles ont disparu de Pontacq et de sa région et une grande partie s’est éteinte...
Famille de Bataille Floutee.jpg
LES ARMOIRIES
"De gueules, à une oye s'essorant d'argent, au chef cousu d'azur chargé du mot PONTACQ en caractère d'or."
A l'exemple des grandes cités libres, c'est au Moyen-Age que PONTACQ choisit ses armes.
Cependant, ces armoiries ne furent déclarées par la Ville, qu'à la suite de l'Edit de 1696 et enregistrées le 17 janvier 1701.
L'oie_edited.jpg
Orchestres 72.jpg
LA MUSIQUE
Pontacq et la musique.
Les pontacquais ont toujours excellé et aimé la musique et le chant, déjà en 1534, il est convenu que Bernard deu Tisné enseignera les enfants « tant en moralitat que en science » mais on ajoute : « et en chantreria ». Monsieur le Vicomte Serrurier a publié ces contras là dans ses études sur l’instruction primaire en Béarn…
Los Bombéiros 1980.jpg
00:00 / 21:53
LES MARCHANDS
Le commerce à Pontacq est une activité marchande très ancienne. Si l’activité de marchands de capes est au XVIIe et XVIIIe siècles, synonyme d’aisance, nous nous apercevons que les marchands existaient bien avant, comme ces marchands de laine de Pontacq, venant d’Oloron et se rendant à Toulouse, dans la première moitié du XVe siècle qui sont rançonnés, sur les landes de Garue, de la moitié de leur chargement de laine d’Aragon, par les hommes de main du seigneur de Coarraze "Gaston de Foix".
On voit que dans cette période là, ces marchands ont des difficultés de transports et ne profitent pas toujours, bien au contraire, des Privilèges obtenus par la ville de Pontacq auprès d’Archambault de Foix...
Marchands et contrebandiers_edited.p
LES ÉGLISES ET CHAPELLES
L'église Saint-Martin de Soumoulou
Texte disponible dans le Cahier du Patrimoine en Ribère-Ousse 2020*

La chapelle Notre-Dame de Pietat (Lamarque-Pontacq)
Texte disponible dans les Cahiers du Patrimoine en Ribère-Ousse 2010 et 2011*
*Voir modalités Onglet Parutions
Eglise Labatmale.jpg
LE CASTEX
Tout nous porte à croire qu’à l’époque antique, ce lieu historique du Castex, classé à l’heure actuelle « éperon barré protohistorique » aurait servi avant l’arrivée des Romains (-56 avant JC), de point défensif aux nombreuses populations qui vivaient sur ce plateau.
Les nombreux vestiges trouvés sur le plateau de Ger (menhir et tumulus), résument les différentes époques ou âges de pierre, du bronze et du fer.
LA VIEILLE TOUR
Construite en dur au XIIe siècle par Gaston IV le Croisé, auparavant ces fortifications étaient en bois et construites certainement au Xe siècle alors que Pontacq dépendait du Montanérés, à cette époque le Montanérés s’étendait jusqu’à Saint Pé de Généré et Pontacq était un lieu stratégique pour surveiller les terres du comte d’Armagnac. Au XIVe siècle Gaston Fébus, réaménagea fortement et renforça ces fortifications...
Le Castet 1.jpg
Tour9.jpg
PONTACQ LA VILLE AUX SEPT CHATEAUX
La ville de Pontacq a été nommée dans le temps, la ville aux sept châteaux ! En effet sur son territoire se trouvent bâtis sept domaines qui ont été pompeusement baptisés "châteaux". Ces domaines étant occupés par des grandes familles nobles dans un premier temps, puis par la suite, elles connurent diverses infortunes et devinrent pour certaines des familles de marchands bien connues et renommées à Pontacq, dans sa région et dans le sud de la France...
LES MOULINS
Généralités sur les moulins de Pontacq et de sa région
"Ces moulins possédaient généralement trois meules (pour les plus importants). Toutes les communes de la région, à l’exception de Limendous, en étaient pourvues. Ils appartenaient, sauf ceux de Pontacq, au seigneur médiat, maître des eaux, qui avait droit de banalité.
Depuis le début du XVIIIe siècle le prix de ferme avec les dépendances : pré, bois, etc, était de plus en plus fixé en argent et variait naturellement selon l’importance. Il serait donc imprudent et risqué de généraliser, soit les prix de ferme, soit les prix de vente..."
Moulin Pardimeine
CARNAVALS ET PANTELONADES

Les Carnavals Béarnais aux origines certainement païennes et très anciennes, était dans la plupart des sociétés traditionnelles, un rendez vous du calendrier populaire, ce calendrier était lunaire et divisé en cycles. La période de Carnaval s’étendait de la chandeleur qui est une nouvelle lune, englobait Mardi-Gras (pleine lune) et se terminait à la Mi-Carême nouvelle lune.

Jeanne d’Albret, "régine, dame sovirane de Béarn", avait dès le XVIe siècle, porté les premiers coups contre le Carnaval...

Carnavals.jpg